Le passage du Temps

Collection : "Evanescence 5"


partager par email, share via email       social link    commenter / talk about

retour à la page précédente / back to previous page

Descriptif

Technique : Peinture acrylique
Support : Toile sur châssis
Taille réelle : 90 x 90 cm
Référence : Q-46
Copyright : EB-00046741
Pièce unique

Status : Disponible
2800 €

CE TABLEAU : LE VÔTRE... CRÉEZ VOTRE UNIVERS !

Tableau Le passage du Temps d'Eliora Bousquet exposé dans un salon
Photomontage réalisé à titre d'illustration

Vos commentaires sur cette oeuvre

Je souhaite partager avec vous quelques lignes que j'ai écrites inspirées des émotions éveillées par votre tableau Le passage du temps.
Merci beaucoup.

"Le passage de Juana"
Juana María s'envolait. Sa robe, ses tulles violet, rouge, orange, dansaient au vent.
Ses émotions tournoyaient dans son cœur, elle sentait le feu juste au dessus de son estomac.
Elle fuyait l'obscurité, l'humidité, le moisi de son monde connu et détesté.
Elle courait au vent, le feu sur le sternum.
Juana Zulema se mariait. Elle était belle, radieuse. Sa maladie était restée cachée dans l'oeil de l'ouragan, tache violette, larme géante. Elle voulait y croire. Elle y croyait. Le temps ne passerait plus pour elle, là, vierge comme cette voix qui l'accompagnait à l'autel. Sacrifice. Lumière de son œil.
Juana Alicia, haut blanc, est là, sous un arbre. Regard. Les mains sur son ventre adolescent, les jambes croisées (le passé qui croise son avenir) dans son jean qui caresse l'herbe. Elle interroge la vie. Regard. Elle porte les Juanas, elle veut comprendre. Elle se penche au dessus de l'oeil de l'ouragan. Vertige. Abîme. Souvenirs sourds.
Juana traverse les Juanas.
Trois Juanas
un œil
un tissu blanc
Juana María courait, dansait, voltigeait, son âme pleine de rêves. À quoi pensais-tu, Juana María ? Dans ta robe rouge tu traversais l'océan, les lignes bleues marquaient le chemin de tes désirs. L'avenir s'ouvrait à toi ; toi, tu ouvrais ton cœur à cet avenir. Brûler le passé. Boule de feu sur l'eau vers le point où tout serait possible.
Recommencer ce jour-là, brûler ce passé, le purifier. Le voile court de Juana Zulema au vent. Son regard liquide. Son sourire. Ses bras, sa peau. Ses mains qui s'accrochent aux fleurs, coupées pourtant.
Juana Alicia cherche l'amour. Elle sait que seul le vrai amour fera en sorte que les tulles rouges de la robe rentrés dans l'oeil de l'ouragan ressortent pleins de vie. Elle entend la Pavane, elle se lève, traverse le parc, ses yeux cherchent la beauté au delà de la laideur de la ville, de ses bruits, de ses odeurs de gaz.
Un piano derrière une fenêtre
Un piano dans le salon du bal
Un piano dans le bateau au dessus de l'océan
Juana Alicia part à la recherche d'une Juana à travers l'autre. Elle veut remonter le temps, parcourir les chemins de son sang vers la source. Elle traverse ainsi ce parc au bout duquel Juana Zulema l'attend. Elles s'étreignent éternellement, se prennent par la main et déambulent en serpentant les arbres majestueux. Elles partent à la recherche de Juana.
Elles montent dans une voiture qui parcourt la ville un après-midi de dimanche où tout est en suspens dans un brouillard opaque. Distraite, comme si cela n'avait aucune importance, Juana Zulema dit qu'elle vient de voir Juana María là, dans cet immense immeuble délabré, derrière ces jardins abandonnés, qu'elles viennent de dépasser. Juana María est à l'intérieur, figée à jamais, vêtue de blanc, ses tulles rouge, orange, violet se sont évaporés. Odeur chimique. Juana María a perdu le vent, le feu, l'eau mais son œil percute l'oeil de sa petite fille adulte.
Jamais ça.
Juana Alicia ne perdra jamais, elle, le feu, le vent, l'océan. Elle ne sera pas coupée de ses rêves.
Juana María en robe blanche. La Pavane. Une voix limpide, pure, qui vient des profondeurs. Deux musiques. Le temps parcourt les vibrations des notes qui se succèdent, s'entremêlent, se croisent. Mais le temps de Juana María s'est arrêté là, sur ce piano. Les tulles blancs coulent sur le côté du clavier, atteignent le sol et poursuivent leur chemin en torrent.
Juana Zulema se lève avec sa robe et ses tulles blancs, elle danse au dessus du piano. Les feuilles d'automne dansent au vent de la Pavane et la voix de profundis.
Juana Zulema, la mère, a cinquante ans.
Juana María, la grand-mère, a quarante ans.
Juana Alicia, la petite fille, a trente cinq ans.
Elles forment une étoile sur le piano, trois robes blanches. La robe de Juana Alicia reste là, elle, elle part.
Elizabeth Rostan

Ajouter un commentaire








Autres oeuvres de la collection

DÉCOUVREZ LA LIGNE DE PRODUITS DÉRIVÉS DE MES TABLEAUX !

Visuel représentant les catégories de produits dérivés des peintures d'Eliora Bousquet

Accès à la boutique de produits dérivés Mode et Décoration d'Eliora Bousquet

TEMOIGNAGES


Visuel représentant les catégories de produits dérivés des peintures d'Eliora Bousquet 
Peintures et site Internet © Eliora Bousquet 2009 Tous droits réservés E. BOUSQUET™ Site en langue française  Site en langue anglaise
.
Carré des 9 couleurs d'Eliora Bousquet Site responsive desktop et mobile Paiements sécurisés via Paypal Paiements sécurisés via Paypal par carte bancairePaiements par chèque ou virement bancaire
 Logo de l'ADAGP gérant les droits d'auteur d'Eliora Bousquet  Dictionnaire de cotation des Artistes Logo Google Logo Copyright Dépôt - Protection du site internet et des créations d'Eliora Bousquet  Logo I-CAC Cotation d'Eliora Bousquet

Nota Bene Mentions légales. NB : Tous les contenus de ce site sont protégés. Reproduction, même partielle, strictement interdite

#art #peinture #tableaux #decoration #mode

. .