BIOGRAPHIE

"Cette vie artistique - que nous savons ne pas être la vraie - me paraît si vivante, que ce serait ingrat que de ne pas s'en contenter. Votre profession, c'est de faire ce pour quoi vous êtes faits. Et que vous exercez avec une telle passion et une telle intensité, que c'est comme répondre à un appel sur le plan spirituel."
Vincent Van Gogh

ARTISTE DANS L'ÂME

Française de nationalité et de coeur, je suis née à Angoulême, patrie des Valois, en 1970... J'espère mourir jeune... le plus tard possible!

Artiste professionnelle résidant à Paris, je peins et dessine depuis l'âge de sept ans.

La création, quelles que soient ses formes, a toujours été ma passion. C'est aujourd'hui devenu plus que cela: une raison de vivre et un leitmotiv permanent.

Etrangement, c'est la poésie qui m'a donné la passion des couleurs... puis l'envie de m'exprimer librement par le dessin et la peinture : Charles Baudelaire, Théodore de Banville, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo et plus tard John Keats, William Blake et autres poètes romantiques de la seconde moitié du 19° siècle. J'étais - et suis toujours - fascinée par la portée symbolique des associations de mots et de couleurs dans l'utilisation savante, faite par ces poètes, de métaphores, périphrases, oxymores et autres images surréalistes. Parmi celles qui m'interpelaient lorsque j'étais enfant : "voir la vie en rose", "espérer des lendemains bleus", "être vert de rage", "rire jaune", "faire grise mine", "partir à l'heure bleue", "avoir le moral gris comme la pluie",...

"La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.
Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent."
(Charles Baudelaire, Correspondances, Les fleurs du mal - 1861)

Parce que je suis romantique, nostalgique et idéaliste, ces associations m'ont d'abord inspiré des poèmes.

Puis, combinées à de la musiquenotamment classique et jazz - elles ont nourri mon imaginaire jusqu'à me persuader que la peinture, qui permet de définir la plus large palette possible de couleurs, est, bien plus qu'un art : un langage à part entière, trouvant sa source dans la musicalité des choses. Un langage silencieux, certes, mais qui, contrairement aux mots, ignore les frontières de la langue et permet donc une liberté d'expression totale...

Souhaitez-vous en savoir plus sur mon parcours ?

Oui ? J’espère que vous aimez lire...

ARTISTE ? CE N'EST PAS UN MÉTIER !

À l’âge de sept ans j’avais trois passions :

  • peindre et illustrer mes cahiers de rédaction;
  • confectionner des vêtements pour mes poupées "Barbie" en découpant (Oups... ) les magnifiques rideaux de voile et de dentelle de maman;
  • écrire des poèmes.

Bien que j’aie toujours rêvé de devenir Artiste (Peintre, Grand-Couturier ou Écrivain), mes parents ont préféré que je fasse de hautes études, afin d’avoir un métier qui me permette d’être financièrement indépendante et de pouvoir ainsi librement exercer mes passions artistiques.

Avec le recul, je ne les remercierai jamais assez d’avoir fait ce choix raisonnable et prudent pour moi. Et pourtant...
 

Lettres, langues vivantes… dessin de mode et peinture

  • 1989 : Après l’obtention d’un bac littéraire A2 (Lettres et langues vivantes), j’ai été reçue au concours d’entrée de l’Université Catholique de l’Ouest (UCO), à Angers. Après quatre années au sein de l’Institut de Perfectionnement en Langues Vivantes (IPLV), filière "Traduction et Interprétariat de Conférence" (Anglais / Espagnol / Allemand / Portugais), j’ai obtenu ma Maîtrise d’Anglais.

    Parallèlement à mes études, je peignais et dessinais tous les soirs, tous les week-ends, pendant les vacances, frénétiquement, chaque fois que j’avais une heure de libre… jusqu’à concevoir plus de 2.000 croquis et une cinquantaine de tableaux figuratifs, liés à l’univers de la mode. Puis j’ai confectionné mes propres modèles (plus de 250 vêtements et accessoires pour femmes), que j’ai présentés au public, lors d’une vingtaine de défilés de mode que j’organisais entièrement >>> Voir la rubrique "Dessins et créations" >>> Voir une partie de ma revue de presse.
     
  • 1994 : Ma maîtrise d’anglais en poche, j’ai préparé, la même année, l’Agrégation d’Anglais et le concours d’entrée dans une école de Journalisme et de Communication à Paris (IICP).

    Pour "vivre", j’ai accepté un emploi à mi-temps de Surveillante dans un lycée privé, seul emploi rémunéré m'offrant la possibilité d’étudier en même temps. Je donnais aussi des cours d’anglais d’apprentissage à des élèves de primaire (CE2 à CM2) et des cours de soutien à des élèves de Terminale S et de classe prépa.

    Ayant été reçue à l’IICP au moment où je terminais à peine les écrits de l’Agrégation, j’ai choisi, sans hésiter, la voie de la Communication globale et me suis installée à Paris. Je n’ai donc pas passé les oraux de l’Agrégation, trouvant plus utile, pour réaliser un jour mon rêve d’Artiste, d’apprendre toutes les ficelles de la communication et du marketing…
     

Communication, Marketing, Digital… et peinture

  • 1997 : Mon diplôme de "Troisième Cycle en Communication Globale" en poche, et après avoir obtenu un "Master en relations Publiques" à l’ESERP (Espagne), école partenaire de l’IICP qui proposait un programme commun en espagnol et en anglais, j’ai effectué mon stage de fin d’études au Service Presse chez LOUIS FÉRAUD HAUTE COUTURE (Paris 8°).

    J'y ai vécu six des plus beaux mois de ma vie ! Outre le fait que Louis Féraud était un Grand Couturier très talentueux, c’était aussi un Artiste-Peintre de génie ainsi qu’un homme discret, bienveillant, d’une grande intelligence et bonté. Je me sentais "comme un poisson dans l’eau", car j’approchais enfin de tout près un de mes rêves : devenir Grand-Couturier ou au-moins Styliste !

    Je participais à l’organisation et à la promotion des défilés de haute couture et de prêt-à-porter, au lancement de produits à l’international (notamment un parfum et une ligne de prêt-à-porter), traduisais les books de tendance... et j’étais en contact direct avec la Presse spécialisée, mais aussi tous les professionnels du milieu. Tous les midis, j’arpentais, émerveillée, la rue du Faubourg St Honoré où j'imaginais avoir un jour ma propre Maison de couture.

    Un Vendredi soir, la Directrice des Collections, à qui j’avais un jour montré mes croquis de mode pour connaître son avis et obtenir des conseils de carrière, m’a convoquée dans son bureau. La Styliste attitrée venait de tomber malade et était arrêtée pour plus de 15 jours. Afin de satisfaire une commande urgente (et sans doute parce qu'elle n'avait aucune styliste sous la main, la veille d'un week-end), la Directrice des Collections m’a alors demandé de dessiner une collection complète de prêt-à-porter féminin pour une acheteuse iranienne, qui viendrait récupérer elle-même la commande, deux jours plus tard. Je n’allais pas manquer une telle opportunité !!! J’ai donc dessiné une cinquantaine de tailleurs, en m’inspirant des échantillons de tissus que l’on m’avait remis. À ma plus grande satisfaction, non seulement la cliente a retenu tous mes modèles, mais la Directrice des collections m’a félicitée pour mon "coup de patte, ma créativité et le respect de ses consignes, car j'avais su préserver l'identité et l’image de marque de la Maison tout en y apportant une touche personnelle". Je ne pouvais continuer dans cette voie, ni même être rémunérée, n’étant que Stagiaire au Service Presse et non Styliste. Mais l’on m’a proposé, à la fin de ce stage, d’en effectuer un deuxième au sein de l’Atelier "Couture floue", afin de me perfectionner en matière de stylisme et d’apprendre les rudiments de la confection de vêtements avec les "petites mains" de la Maison (d'incroyables talents, au passage !). J’étais folle de joie ! Cependant, le Destin en a voulu autrement… alors que je venais de signer une deuxième convention de stage et envisageais l'avenir sous les meilleurs auspices, Louis Féraud est décédé. Quelques mois plus tard, la Maison de Couture a fermé. Je n'ai pu faire mon stage et j'ai dû renoncer à ma "vie rêvée d’alors".

    J’ai cherché un emploi dans le milieu de la mode, comme Styliste. À chaque entretien, je présentais mon book complet, on me félicitait pour "mon talent", mais comme je n’avais aucune formation en la matière, aucun diplôme, ni aucune référence professionnelle, toutes les portes se fermaient une à une devant moi. Un grand-couturier à qui j'avais adressé mon book m'a même répondu : "Mademoiselle, malgré votre motivation, votre passion du milieu et tout l'intérêt que représente votre candidature, je dessine mes collections moi-même. Ce dont j'ai besoin, ce sont des professionnels du marketing pour promouvoir et vendre mes produits". Zut... j'aurais du lui envoyer mon CV à la place du book !!!

    Quelques semaines plus tard, j’ai eu l'opportunité de dessiner une gamme de tapis contemporains pour une société parisienne. J'ai réalisé plus de 500 croquis, mais comme je ne touchais qu’un infime pourcentage sur les ventes, et que les produits n'étaient fabriqués que sur commande, cela ne me permettait pas de subvenir à mes besoins.
     
  • 1998 : Je me suis donc mise en quête d’un "vrai métier" (expression communément utilisée pour signifier "métier permettant de gagner sa vie").

    Après des débuts difficiles (à force d’enrichir mon parcours de nouvelles compétences, j’ai terminé mes études à 27 ans et l’on me trouvait trop vieille pour un premier emploi !!!), j’ai compilé les petits boulots : Hôtesse trilingue sur les grands salons parisiens, Traductrice commerciale free-lance et enfin Assistante de Direction au Carrousel du Louvre, poste que l'on m'a proposé au hasard d'une conversation et j’ai accepté pour une année, sans aucune motivation. Je l'ai fait par simple opportunisme, car il me permettait d’être en contact direct avec deux de mes passions : la peinture et la mode, tous les défilés de Haute-Couture ayant alors régulièrement lieu au Carrousel, situé dans le périmètre direct du Louvre, Musée de la peinture par excellence ! Je détestais ce travail, mais il m'a cependant permis de faire de belles rencontres, notamment des artistes (créateurs de mode, peintres, photographes, musiciens,…), mais aussi des chercheurs du CNRS que j’aidais dans l’organisation et la promotion de leurs conférences de vulgarisation scientifiques hebdomadaires sur le thème de l’astronomie.

    Lors de l’organisation d’un festival de musique classique, j’ai été repérée par le Directeur Général d’une société du groupe pour lequel je travaillais, spécialisée dans la gestion d’équipements délégués dans le milieu de l’évènementiel. En plein exercice de relations publiques (je devais faire les présentations des invités en fonction de leurs affinités), cette personne a remarqué que je parlais plusieurs langues et m’a confié qu’il recherchait en urgence une personne pour traduire ses offres commerciales. Je lui ai répondu que cela m’était impossible contractuellement, car je n’avais pas de société et ne pouvais donc être facturée… mais que je voulais bien le faire bénévolement pour lui rendre service étant donné l'urgence de la demande (J-7 !). Il a évidemment accepté. Il s’agissait d’un contrat de Délégation de Service Public pour un Palais des Congrès. J’ai traduit l’offre dans les délais fixés, ainsi que quelques documents commerciaux. Pour me remercier du travail effectué et parce qu'il avait d'autres projets en cours, il m’a proposé un poste d’Assistante du Directeur Marketing à l’International au sein de sa société, en CDI. J’ai accepté de suite ce nouvel emploi, beaucoup plus en affinité avec mes compétences que celui que j’occupais alors uniquement "par nécessité".

    À partir de cette période, j’ai volontairement travaillé sans relâche pour faire mes preuves : journées de travail "à durée indéterminée", très peu de week-ends, jamais de vacances, formations professionnelles sur-mesure au digital afin d’apprendre comment créer, gérer et promouvoir des projets digitaux, autres formations en ligne (e-learning) le soir, pour ajouter de nouvelles compétences à mon CV… À force de persévérance, d’initiatives et de bons résultats, mais aussi grâce à mon PDG qui avait entièrement confiance en moi et me donnait toujours plus de responsabilités et d’autonomie, j’ai gravi, un à un, les échelons, au sein de la société, puis du groupe.
     

"La passion c'est moi... et c'est plus fort que moi" 
Alain, Propos sur le bonheur (1928)

J'ai passé dix années à construire ma carrière professionnelle dans la communication et le marketing sans trouver le temps de toucher un pinceau, ni un crayon. Dix années laborieuses au cours desquelles je continuais à rêver, secrètement, d'une autre vie. Mais je continuais à entendre régulièrement les personnes à qui j’en parlais me seriner : "Artiste : ce n'est pas un métier ! Tu aurais dû passer l'Agrèg pour être prof, ou seulement le CAPES ! Ainsi, tu aurais pu peindre et exposer pendant tes vacances ! ".

Bref…
 

Rien n’est plus fort, ni plus tenace, ni plus vital que les rêves d’enfant…

  • Depuis plus de 18 ans, je suis Directrice Communication, Digital et Marketing dans un grand groupe œuvrant dans le secteur de l’événementiel et du divertissement (spectacles, évènements d’entreprises, sports, loisirs) et j'aime passionnément chacune des facettes de mon métier, particulièrement le pilotage de projets digitaux en tant que Responsable de Projets MOA/MOE, le consulting et la formation des clients et collaborateurs.



    Cependant, l’envie, le BESOIN de réaliser mes rêves a toujours dicté ma vie… et je n’abandonne jamais ce pour quoi je me bats !
     
  • 2009 : Après avoir, pendant deux années, effectué des travaux de recherche, rédigé mon business plan, prospecté, construit mon réseau professionnel et participé à une formation en comptabilité pour entrepreneurs et - surtout - constitué mes premières collections personnelles, j’ai créé ma société, pris un nom d’artiste et commencé à exposer mes collections. Puis j’ai créé mon site internet et j’ai commencé un long mais passionnant travail de marketing et de promotion, en France et à l’international.

Depuis 2009, entre mon emploi de Directrice et mes passions artistiques, je vis "à 200 à l’heure" : j’ai peint plus de mille tableaux, participé à plus de 150 expositions en France et à l’international (>>> Voir mes références) et obtenu une cinquantaine de prix et autres distinctions.

  • 2015 : Suite à une restructuration interne, j’ai été transférée au sein d’une société informatique du groupe (SSII), spécialisée dans la conception de sites internet e-commerce où j’ai piloté près de 70 projets web dont 37 sites marchands et formé plus de 150 clients et collaborateurs. J’ai donc dû mettre un peu de côté mes activités artistiques, ne me rendant notamment plus sur les expositions de peinture et autres évènements auxquels je participais, faute de temps, pas même les remises de prix ! J’ai alors confié l'organisation des expositions et la promotion de mes œuvres à des galeristes, travail que je faisais moi-même intégralement auparavant.
     
  • 2016 : Ayant pris mes marques au sein de la société, j’ai entrepris la refonte de mon propre site internet, afin qu’il réponde davantage aux nouvelles exigences technico-fonctionnelles, commencé la rédaction du cahier des charges et la rédaction/traduction de nouveaux contenus éditoriaux. J'ai confié le développement, l'hébergement et le Webdesign à deux amis respectivement Développeur et Webdesigner professionnels, que je remercie au passage, puis j'ai passé près d'une année à refondre intégralement mon site, qui compte des milliers de page en français et en anglais.

    Le travail terminé, j’ai enfin pu me consacrer à la conception de nouvelles collections de peinture, afin de renouveler mon style.
     
  • 2017 : Après avoir mis en ligne mon nouveau site internet, j'ai entrepris la création d'un blog dédié à la peinture, dont une partie est destinée à fournir des conseils et astuces à d'autres artistes et une autre, à promouvoir leur travail.
     
  • 2018 : Mon activité dans la peinture ayant atteint son rythme de croisière, j’ai décidé de donner vie à deux autres passions et rêves d'enfant : la mode et la déco. Dans le cadre d’un contrat de représentation et d’affiliation conclu avec une société américaine ayant repéré mon travail, j’ai constitué une ligne de vêtements et accessoires de mode pour femme, ainsi qu’une gamme d’articles de décoration intérieur, tous dérivés de mes peintures. Consulter la rubrique "Mode et décoration" >>> Voir ma plaquette commerciale >>> Accéder à ma boutique VIDA en ligne >>> Plus d'informations sur ma ligne de produits dérivés à la page FAQ
     

Vivre pour peindre, et non peindre pour vivre...

Cependant, ayant déjà un emploi à temps plein rémunéré et parce que je ne remercierai jamais assez le Ciel de m’avoir aidée à réaliser deux de mes rêves, j’ai pris la décision de reverser intégralement à des associations humanitaires, la recette des ventes de tous les produits que j’ai conçus. À cet effet, j’ai récemment créé et déposé la marque "HUMANIT’ART" ("Have a heART" en anglais) et espère que cette activité devienne un jour florissante, pour le plus grand bien de tous !
 

"Tu dois devenir l'homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même."

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait zarathoustra (1857)

À bientôt cinquante ans, période idéale pour faire le bilan de sa vie, je suis heureuse de toutes les expériences vécues, bonnes ou mauvaises, notamment les mauvaises. En effet, elles se sont finalement révélées être les plus bénéfiques, puisqu’elles m’ont poussée sur des chemins que je n’aurais jamais choisis pour atteindre - étrangement ! - le but que je m’étais fixé !

Je ne crois pas au hasard. Je crois en un plan parfait pour chacun d’entre nous. Je ne regrette rien de ce que j’ai vécu, mais la seule chose dont je sois certaine aujourd’hui, c’est que je ne pourrai plus jamais vivre une seule journée sans peindre ou dessiner... La création, quelles que soient ses formes, est à la fois ma passion, mon but et ma raison de vivre.

C’est la raison pour laquelle j’ai choisi cette citation de Khalil Gibran comme credo : "J'aspire à l'éternité, parce que j'y rencontrerai les poèmes que je n'ai pas écrits et les tableaux que je n'ai pas peints."

Soyez tous les bienvenus dans mon univers qui est aussi la plus belle partie de ma vie... et merci de vos visites et commentaires !


Consultez les réponses à vos questions à la page "FAQ", notamment "Parcours"

Articles de presse

Consultez ma revue de presse !
Livres/et guidesMagazinesJournauxCritiques d'art Entrevues Autres publications
 

Souvenirs d'expos...

exposition artshowcase 02-2018 avec eliora bousquet (152)

Cotation agréée 2018-2020

 

Cotation I-CAC 2019/2020

Certifiée I-CAC depuis 2017, mon indice de cotation a récemment été revu à la hausse, ainsi que ma cotation au point.

Quels tableaux ?

Un artiste n'existant que grâce à ceux qui s'intéressent à son travail, je vous invite à m'indiquer quels tableaux vous souhaitez découvrir lors de ma prochaine exposition personnelle. Envoyez-moi simplement un email mentionnant le nom de la collection de votre choix !
 

mes collections en VIDEO

Conseils déco



Votre avis m'intéresse !

TEMOIGNAGES

"J'ai déjà eu l'occasion de vous dire ce que je pensais de votre travail qui est l'expression d'un talent exceptionnel. Je résumerai donc la qualité de votre oeuvre en trois mots : couleur, lumière, vie. Avec mes encouragements et toute ma sympathie".
Raoul R.

La couleur, c'est la vie !

 Peintures et site Internet © Eliora Bousquet 2009 Tous droits réservés E. BOUSQUET™  

 #peinture #artabstrait #abstraction #atmospherismeabstrait #artabstraitvisionnaire #symbolisme #expressionnisme #artabstraitlyrique #artsnumeriques #dessin #mode #decoration
.
 
      

Tous les contenus de ce site sont protégés • Reproduction interdite